LA THIBÉRIENNE FOOTBALL : site officiel du club de foot de THIVIERS - footeo

Histoire & Palmarès

Date de la Création du Club

La Thibérienne Football 

le 2  AOUT  1910

Le 2 AOUT 1910 Mr DAUDRIX directeur de l'école de garçons décide de la création de la SOCIETE  D'EDUCATION PHYSIQUE  LA THIBERIENNE qui a pour devise " Tous les Sports".

Cette Société avait pour but l'Education Physique,le Tir,ainsi que la Préparation Militaire.Elle fut agréèe par le gouvernement à cette époque sous le n°4649.

Aprés la guerre 1914-1918,cette Société subit une éclipse,et il se créa à coté d'elle l' U.S.T dont le but était de faire des compétitions de Rugby.

En 1928 l'U.S.T et la THIBERIENNE fusionnent , mais le Rugby est mis en sommeil.Sous la Direction de Mr FOUGEYROLLAS , puis de Mr GLEDINE , grace aux efforts des dirigeants dévoués et à l'appui de la Municipalité,cette société s'est efforcée de grouper les membres de la Jeunesse,en pratiquant sur le terrain du Parc le Baskett-Ball et les Sports Athlétiques.Puis le nombre de jeunes gens augmenta,la Société dût envisager de joindre à ces sports le Football-Association,qui groupait sur le même terrain et dans le même jeu d'avantage de jeunes gens.

Equipe 1930 

A voir dans Galeries Photos

En 1933,aprés une tentative avortée pour faire renaitre le Rugby,le Football Association devient le Sport roi de la Société.

Sous la Direction de son Président  Mr LIMOUSIN , la THIBERIENNE,dotée d'un bureau dévoué à l'extreme et comprenant des compétences sérieuses en la personne de Messieurs DIEUAIDE , LEYMARIE , DELBARRE , CHAZELAS , avec 200 membres honoraires,plus 31 jeunes gens et 20 jeunes filles constituant la section féminine,soit un effectif de 51 membres actifs,représentant une grande partie des familles Thibérienne.

La préparation militaire n'a pas été abandonnée,mais elle a été confiée à l'autorité militaire sous le contrôle et  la responsabilité de la Société , 42 élèves suivaient les cours.

En 1938 la Société est affiliée à l'U.F.O.L.E.P, filiale sportive de la Fédération des Oeuvres Laïques.

Le but de la Société était de grouper le plus de jeunes gens et jeunes filles possible pour leur donner l'éducation nécessaire à leur plein développement,tout en leur assurant une distraction saine.

Les jeunes gens de la Société était en effet limité dans leurs pratiquent par l'absence d'un terrain digne du nom de terrain de sport.

La Société etait autorisé à disposer d'une partie du terrain du parc uniquement pendant la saison d'hiver,et quant arrivent les beaux jours il faut abandonner le parc pour laisser pousser le foin.

Le terrain n'a rien de trés praticable et son dénivellement permet difficilement de poursuivre toute la gamme du programme des sports athlétiques et rend même trés difficile la pratique du Football.

La Société à fait quelques travaux de nivellement,de drainage,à installé un terrain de Basket Ball,un portique,un sautoir,un fronton de pelotte,mais tous ces aménagements sont insuffisants pour que la Société puisse  poursuive l'éducation des jeunes.

En date du 9 février 1938, le Président de la Société LA THIBERIENNE par courrier établi une demande à Mr Sicaire LAVAUD Maire de la commune,de prendre en considération la création d'un Stade Municipal.Dans ce courrier il est mentionné en conclusion.

"Vous n'êtes pas sans ignorer qu'à partir de 1939 l'éducation physique sera obligatoire dans nos écoles publiques et constituera une des épreuves du Certificat d'Etudes Primaires.Vous savez aussi,qu'il sera prévu un aprés midi de loisirs obligatoire pour les enfants de nos écoles sous la direction de leurs maitres.C'est pourquoi,pour notre jeunesse sportive,pour les enfants de nos écoles,nous vous prions Monsieur le Maire et Messieurs les Conseillers Municipaux de prendre en considération la création d'un Stade Municipal.Le nom est bien pompeux,mais il ne doit pas vous effrayer,celà représente la création d'un terrain de sport praticable,mis à la disposition des écoles et des Sociétés sportives de notre ville toute l'année."

"Nous vous offrons le concours technique de notre Société et nous vous proposons de réaliser l'étude du projet à nos frais,devis descriptif et estimatif.Si comme nous l'espérons,vous votez le principe d'un Stade municipal,vous aurez réaliser une oeuvre d'un grand intérêt social,qui permettra à notre jeunesse de se développer sainement et fortement,vous aurez créè l'outil indispensable à nos moniteurs et nos instituteurs pour diriger l'éducation physique de nos enfants et leur assurer leur plein développement pour devenir des hommes forts et courageux."

La Municipalité donna l'accord pour la réalisation d'un Stade Municipal.

Equipe 1940

A voir dans Galeries Photos

 Pendant la periode de guerre 1939 1945 la Société est bien evidemment  en sommeil. 

A la fin de la guerre  la Société sur instruction de la Direction Départementale de la Dordogne progressivement à remis en route la pratique du sport dans la commune.

En 1945 sous l'impulsion de MM LEONARD,POIRON et PAPON le club est en première division,et son président Mr LEYMARIE donnait le ton.Le club retrouvait ses éternels rivaux Brantome,Saint Pardoux,Fossemagne,Nontron,etc...en championnat.

EN 1950 Mr MARCHESSOUX devient Président du club.Le club est en première division.Au mois d'avril 1950,la venue des girondins de Bordeaux(match de propagande),avait déplacé un milliers de spectateurs. 

Mr HERNANDEZ  Henri arrive au club en 1951,comme entraineur joueur et l'équipe première accède à la promotion d'honneur,le travail etait bien fait.

En 1951 La Thibérienne ( Société d'Education Physique ), avait plusieurs Sections. Football / Basket Masculin & Féminin / Tennis / Boules / Cyclisme.

A voir dans Galerie Photos

Autre bon souvenir,le 13 septembre 1953,l'affiche Thiviers-Brantome avait drainé quelque 700 spectateurs,bruyants et comblés.Hernandez,Bouchillou,Daude,Limousin,Bouyssou,Chopy,Daniel,Boutier,Rodriguez,Robert,Seguy,Tallet représentaient la force vive de La Thibèrienne Football au cours de ces saisons euphoriques.  

En 1957 la Section Cyclisme à disparu de la Société,comme en témoigne le document ci dessous du 27 aôut 1957 ou le Président de La Thibérienne écrit à Mr Le Maire pour obtenir une subvention afin d'assurer la bonne marche de la Société.

 A voir dans Galerie Photos

 

 Il serait vain de citer tous les titres de gloire des footballeurs Thibériens et de classements fastidieux.Dans la hiérarchie de la ligue du centre ouest,Thiviers a toujours tenu une place honorable et s'est adapté aux nouvelles méthodes du football moderne.A titre indicatif,quelques noms d'adversaires PTT Limoges,Tulle,Bellac,Eymoutiers,Brantome,Fossemagne,Le Palais,Chambon,Saint Astier,Gueret,etc......

C'est en 1965 que Thiviers rétrograde en 1ère division,il retrouve sa place en ligue dans une nouvelle division fraichement constitué,la Promotion de Ligue.

En 1969 le club accède à la Promotion d'Honneur.

En 1970 Le club rétrograde en Promotion de Ligue.

La Thibérienne Football ne supportait pas cette chute,en 1972 le club accédait  à nouveau à la Promotion d'Honneur.

Toujours présent et ne rechignant pas à la besogne Henri HERNANDEZ a su conserver cet état d'esprit, de lutte et un climat de détente. 

Juin 2006 le club alors en 1ère division de district est relégué en promotion de 1ère division, Robert REIX préside La Thibérienne depuis 12 ans,et en juin 2006 Bernard LAGARDE revient au club en tant de co-président avec Robert REIX.

Le 15 Juin 2014 La Thibérienne accède et retrouve la promotion de ligue d'aquitaine après 25 ans. Franck PUYBONNIEUX entraineur pendant 5 ans, décide de quitter son poste par la grande porte.Franck pendant 5 ans à très bien travaillé pour que l'équipe se positionne parmis les meilleurs du département.  

 

Vendredi 14 octobre 2016

 Publié par Sylvain Desgroppes        

 

    

 

Le portrait de la semaine

Président de la Thibérienne depuis 2006, Bernard Lagarde est un enfant du club, avec lequel il vit une histoire d'amour sans limite.

Le président Bernard Lagarde, en poste depuis 2006.
© La Thibérienne.

 

Voilà quarante-huit ans que Bernard Lagarde a fait ses premiers pas sous les couleurs de Thiviers, avec la signature de sa première licence de football, à douze ans. Depuis, l'histoire n'a cessé de s'enrichir entre l'homme et son club de toujours, deux parties inséparables ou presque.
Il faut même remonter plus loin en arrière pour trouver les premiers souvenirs de Bernard Lagarde avec la Thibérienne. Avant de jouer, cela faisait déjà quelques temps qu'il côtoyait les abords du stade avec son père, lui qui est originaire de Nantheuil.

L'amour du club
« C'était le club phare dans cette région de Dordogne. A cette époque, il y avait Brantôme, Nontron et Thiviers qui étaient tous en PH, il y avait beaucoup de monde lors des derbys », se souvient-t-il. Joueur, il gravit vite les échelons. On est en 1972, et à seize ans et demi, à peine junior, il effectue ses premiers pas avec l'équipe première, en PH.
La figure emblématique de l'époque est alors Henri Hernandez, que Bernard Lagarde a eu comme entraîneur dès l'âge de douze ans. « Il n'y avait pas encore d'école de football. Le même entraîneur faisait tout, des jeunes aux seniors », glisse-t-il. Après Henri Hernandez, le nouveau coach est Michel Dory.
Et lorsque ce dernier part pour Nontron, Bernard Lagarde le suit. « J'ai vécu trois belles années de football là-bas, au quatrième niveau national. Mais c'était trop compliqué au niveau de l'organisation, et je n'ai pas pu resté plus », explique Bernard Lagarde, qui revient alors dans sa maison, Thiviers.
L'histoire d'amour se prolonge. Il finit sa carrière de joueur au club, et sera même entraîneur quelques temps. Il connaît ensuite une deuxième période en-dehors du club, fin des années 1990. Avant de revenir, encore, comme s'il ne pouvait pas rester longtemps loin de la Thibérienne.
Une relation étroite avec ce club qu'il a toujours eu en lui. « C'est une question de sentiments, une histoire d'amour. C'est un attachement fort, difficile à expliquer », avoue Bernard Lagarde. Un attachement qui le pousse ainsi à prendre de nouvelles fonctions. En 2006, il devient président du club.

Une fonction partagée
Une décision qui est réfléchie, et est associée à un projet de long terme. « Avec le temps, j'ai vu qu'avec une équipe dirigeante, j'avais les capacités pour structurer le club. C'était aussi une façon pour moi de boucler la boucle ». Les choses mettent du temps à se mettre en route. Bernard Lagarde veut alors retrouver le niveau ligue avec les seniors, mais aussi revoir les structures en interne et renforcer l'école de football.
« Il fallait restructurer, c'était la base du projet. Et pour moi, cela voulait dire mettre en place une équipe dirigeante. Je me suis entouré de quatorze personnes. Ce sont des gens en qui j'ai une confiance totale, avec des tâches bien précises pour chacun », détaille le président. Descendu au troisième niveau départemental à l'issue de la saison 2005-2006, le club revient vite au plus haut.
Reste à franchir le dernier cap, pour enfin revenir en ligue. Le coach de l'époque, Franck Puybonnieux, y parvient en 2014, et après cinq saisons à diriger l'équipe fanion, décide d'arrêter sur cette montée. Entre-temps, le projet avance, toujours avec des principes forts, dictés par le président.
Sportivement tout d'abord. « Pour recruter, il y a une règle. On peut faire venir deux ou trois joueurs de l'extérieur pour faire passer un cap à l'équipe, mais pas plus. Les fondations du club doivent rester solides », précise Bernard Lagarde. Ces fondations, ce sont donc un recrutement local, la formation, et un état d'esprit.
Des valeurs humaines sur lesquels le président est intransigeant : « On ne prend pas toujours les bonnes décisions, mais il faut se soutenir, se faire confiance, se respecter. C'est cette cohésion, cette cohérence dans l'équipe dirigeante qui permet une convivialité et un projet commun ».

Un travail de fond
Fort de cet amour viscéral pour son club, Bernard Lagarde n'a cessé de mener ses troupes pour effectuer un travail de fond, et prendre le temps de construire. La preuve avec Foothislecole, l'école de football qu'il a évidemment poursuivi dans l'entente existant entre Thiviers, La Coquille, Saint Jean de Côle, Jumilhac, Sarrazac.
Si cette section est indépendante de la Thibérienne, le président y attache un intérêt particulier, et en tant que club jouant au plus haut niveau, il y tient une place importante. « On est en étroite collaboration. 80 % des effectifs sont de chez nous, et le président de l'école de football est dirigeant à la Thibérienne également », précise-t-il.
Et quand sportivement, le travail mené depuis 2006 abouti en 2014 à la montée en PL, forcément, le président est heureux. Puisqu'il faut alors retrouver un nouvel entraîneur, il se charge lui-même de cette mission, et fait à sa façon. L'humain et le coup de cœur. Réciproque. « J'avais coché un seul nom, Dragan Keserovic. Quand j'ai vu qu'il arrêtait à Libourne, je l'ai contacté, même si je pensais au départ que c'était inatteignable », se rappelle Bernard Lagarde.
En un mois, les deux hommes se voient cinq fois. De longues discussions s'installent entre les deux, et très vite, quelque chose né. « C'est quelque chose d'exceptionnel qui s'est créé, c'est fusionnel. La seule chose qui a rendu difficile sa décision, c'est qu'au départ, rincé de son passage à Libourne, il voulait arrêter, et qu'il a été difficile de le remettre en selle », ajoute le président.
Mais à force d'échanges passionnés et de discussions sur la Thibérienne, le projet du club, et les valeurs humaines que chacun partage, Dragan Keserovic se laisse convaincre. Plus de deux ans après, Bernard Lagarde se plaît à raconter les mots échangés lors de leur dernière rencontre, et qui finissent d'enterriner la décision du futur coach thibérien. « Je lui ai dis deux choses. Qu'il n'avait pas de bol de m'avoir connu. Et que j'étais amoureux de lui. Il s'est levé et m'a dit : ''Bon, allez, je m'organise'' », sourit Bernard Lagarde. L'aventure peut commencer, et elle est encore en cours, pour la troisième saison de Thiviers en PL.
Une histoire de plus qui prouve surtout l'attachement et le dévouement du président pour son club de toujours. Et qui montre avec quelle passion Bernard Lagarde exerce sa focntion, dans le partage et l'humain. Une histoire qui n'est pas prête de s'arrêter. « Si un président se suffit de ce qu'il a, cela revient à faire faire machine arrière au club. Il faut toujours voire devant, essayer d'optimiser les choses », conclut-il.

Cette page est en construction

FACEBOOK DISTRICT DORDOGNE PÉRIGORD

COMPTE TWITTER DISTRICT FOOTBALL DORDOGNE.

BLOG SPORT DE SYLVAIN DESGROPPE (SUD-OUEST)